Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 13:20
IMG_0001-copie-2.JPGVandalisme 07



IMG_0008-copie-1.JPG IMG_0009.JPG
Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 11:49
f3.JPG   F8.JPG

baie 3                                     baie 8

Baie 3, montage borne et filets, réseau grisaillé, vitrail de Nicolas 1887- 1898;

Baie 8, Ange Gardien accompagnement de losanges aux armes de Bretagne et de France ; 1887 -1898 , JL NICOLAS

avant restauration

IMG_0002-copie-1.JPG IMG_0008.JPG

IMG_0020.JPG IMG_0013.JPG

 restauré
IMG_0002-copie-2.JPG IMG_0004-copie-2.JPG

IMG_0014-copie-3.JPG
 

Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
7 février 2008 4 07 /02 /février /2008 11:07
undefined Num-riser0004.jpg Num-riser0005.jpg

FENETRE 11                            FENETRE 13                          FENETRE 15

Vitraux de Florence de 1900

IMG_0001.JPG IMG_0002.JPG

IMG_0010.JPG déssertissage et nettoyage des rives
















IMG_0014.JPG  PIMG_0016.JPG






PIMG_0002.JPG PIMG_0003.JPG


Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
22 janvier 2008 2 22 /01 /janvier /2008 15:41
Baie 4 - Vitrail de DESJARDIN - Angers 1926 - 

IMG_0006.JPG avant IMG_0007.JPG pendant
IMG_0005.JPG 









après




Le verrier DesJardins     Angers, Architecte, acheta en 1925 la fabrique de vitraux de
Georges Merklen. L'affaire, alors prospère, déclina rapidement pour mauvaise gestion. Les succursales   de Paris, (ex- Haussaire),           Reims et New York ferment. Entreprise en liquidation en 1933 et reprise par Bordereau en 1934.

1920, Vannes, 56, Cathédrale, 1 baie figurative"14-18" Virolle, dessinateur, offert par les U.S.A. pour accueil.

1923, Carhaix-Plouguer, 29, église Saint-Pierre, FIG,baie 0, le pain et le vin, baie, sainte Thérése, Vierge et Enfant-Jésus, baie 6, vitrail à la mémoire du comte et de la comtesse de Saisy, baie 5, saint Pierre et saint Paul( intéressant pour leur composition hors du commun), Baie 8, saint Eloi ( hors de l’ordinaire), baie 10, en souvenir de l’incendie avec la scéne du saint-Sacrement que l’on sauve des flammes avec le pompier à genoux.

1926, Langolen, 29, église saint-Gunthierm, FIG, 4 baies, nef, peinture assez naîve baie 2, ITROUN MARIA AR PORZOU P. E. baie 20, AN AOTROU CHRIST ROUE AR BED, sur fond IHS et hermines, porte globe terrestre à trois éléments. BAIE 22, SANTEZ ANNA AR PALUD, baie 24, SANT COLEN. KENTA.PATRON. ZR. BAREZ

1926/1927, Rochefort-en-Terre, église, baie 0, la sainte Famille, Joseph est à une extrèmitè, la Vierge de l’autre, il est possible qu’un autel central a été enlevé. A la mémoire du commandant de Boisseguin, mort pour la France en 1916. Baie 2, Notre-Dame de Lourdes, la qualité picturale ou décorative des chênes relève le sujet. 1927.

1927, Vannes, 56, cathédrale, transept bras nord, FIG, 1 baie, Jeanne d'Arc, transept bras sud, communion

1927; Clohars Fouesnant, 29, église Saint-Hilaire, FIG, baie 3, Noli me tangere"

1928, Gourin, 56, chapelle Saint-Hervé, restauration.

1929, Guehenno, 56, église, baie 1, saint Jean-Baptiste et saint Pierre, à la mémoire de Walter Emilie mes père et mère, Theodora Williams, baie 2, saint Michel et sainte Thérèse, en mémoire de Walter William et Arthur mes frères, miss Théodora Williams, baie 3, Sacré-Cœur de Jésus, sur fond de GR, don des paroissiens, baie 4, la Vierge Marie, avec accompagnement de GR, don du recteur et des paroissiens, baie 5, la Samaritaine, baie 6, saint Augustin et sainte Monique,  baie 7, la sainte Famille, baie 8, sainte Anne et Nicolazic.

1929, Scaër, 29, église Sainte-Candide, 2 petites fenêtres. En baie 5, sainte Anne, don de madame Louers en souvenir de sa fille Jeanne, et baie 6, saint Joseph.

1927 et 1930, Locminé, 56, Kermaria, grande chapelle et chapelle de la Sainte-Famille, grisaille,<<très réussi et d'un bel effet >> commentaire de l'époque.

1931, Chambretaud, 85, église

1933, Quimper, 29, séminaire, 12 baies avec saints bretons et noms en latin


Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
11 janvier 2008 5 11 /01 /janvier /2008 10:44

 

undefined
CHAPELLE SAINT-HERVE

GOURIN

 

 

 

Baie 0 et 2, début XVIe, remis en plomb en 1928. Restauration en 2007 par l’atelier Le Bihan Vitraux de Quimper + verrière de doublage thermoformée et feuilletée d’Hervé Debitus de Tours.

 

 

 

Baie 0 – Verrière de la Passsion, de Saint Hervé et de Saint Eloi – vers 1510-1520

 

Baies à 3 lancettes trilobées de 3 panneaux et réseau de 5 soufflets.

H. 3,25 m² - L. 1,88 m

 

 


 

undefined

undefined

undefined

 

Lancette A, présentation de Saint Hervé dans une niche de coquillage d’un  rouge foncé et dais à décors gothiques  de trois étages avec  4 pinacles à plan carré terminés par un fleuron entourant un pinacle central plus lourd avec un fleuron épanoui, gables triangulaires aux deux étages. Le tout sur un fond rouge. Ce dais repose sur deux colonnes  reposant  sur un socle au deux cartouches rectangulaires avec textes gothiques non compréhensibles (pièces de 1928). Ce dais se retrouve avec le même carton en C. La niche est fermé à l’arrière par un rideau rouge prenant une forme concave. Saint Hervé est debout,  les pieds nus sur un sol terreux. Il tient  de la main droite, en laisse, ici avec une cordelette, un loup assis sur le train arrière et qui lève son museau vers le saint. Il porte une robe  de couleur violet, aux manches larges et serrée à la ceinture par une cordelette ; Ce vêtement s’arrête au-dessus des chevilles. Enfoncé jusqu'aux sourcils, un chapeau à très larges bords d’un bleu  roi laisse tomber un voile de la même couleur qui coure de l’épaule gauche à l’épaule droite. Sa main droite s’appuie sur un frêle bâton et égraine les grains d’un chapelet. Son visage, de trois quart, a des yeux mi-clos sous de lourdes paupières, le nez est droit et fin, une barbe courte entoure le visage .



undefined

undefined

 

undefined

 

Lancette B, la Crucifixion. Le dais est moins important, cela pour permettre au Christ et à la croix de se dresser. Son fronton semi-circulaire à deux culs de lampe est calé par deux autre éléments renaissance. Pas de pinacle,  pas de coquille, un seul fleuron en croix au haut, sur un fond  de couleur rouge qui descend jusqu’à la Vierge et saint Jean. Le socle reprend le principe des cartouches rectangulaires, mais cette fois-ci avec une colonne centrale les tirant vers le devant. La croix en tau est faite d’un bois jaune. Le titulus s’appuie sur les  deux culs de lampe. Le Christ est présenté les bras en V, la tête tombant sur sa droite. Une couronne d’épines descend jusqu'aux sourcils, la barbe est légère. Un nimbe jaune passe obliquement derrière sa tête. Du sang coule de ses plaies le long des bras. Deux anges orants, l’un aux ailes vertes, l’autre aux ailes bleues, se tiennent à droite et à gauche de son corps. Marie, robe rouge et manteau bleu noué à la taille fait face à saint Jean, robe violette et manteau vert. Il porte le visage jeune et les cheveux blonds propre à son iconographie. Sa main droite est posée sur le cœur.


undefined
undefined
undefined 

Lancette C, Même dais que la lancette A si ce n’est les deux coquilles qui ont prises une teinte d’un bleu passé, et le  rideau une tient verte. Saint Eloi, a revêtu  une chape jaune, couleur des évêques, ornée d’un orfroi jaune. Sa mitre, jaune aussi, s’encadre dans le nimbe. La main droite, gantée de rouge brun et qui bénit, sort de la niche. La droite tient en plus de la crosse tournée vers l’extérieur, un marteau, son attribut. Derrière sa mitre un texte laisse entrevoir le nom du Saint.


IMG-0005-2.JPG


Tympan,  anges portant les instruments de la Passion dans les 4 mouchettes ; dans l’ajour sommital, armoiries des Boutteville, peut être postérieures aux autres parties de la verrière ?

Baie 2 – 1530

 

Baie à 2 lancettes à plein cintre surmontée d’un réseau à trois soufflets et quatre écoinçons, restaurée elle aussi en 1928, haute de 2,00m et large de 1,50.Les personnages sont posés devant un décor d’architecture renaissance posé sur une base socle ou des griffons présentent une cartouche portant une inscription en lettres gothique donnant : L’AN TRANTE FUT CETTE Y COLM. Un sol d’herbes montant plus haut en B se partage avec un ciel bleu le fond des lancettes.  Le décor en verre blanc, si ce n’est les deux socles violets,  identique pour les deux lancettes, est composé de deux piliers à noyau carré flanqué de colonnes surmontés d’un liteau à arc déprimé. Un fronton triangulaire incurvé est posé par dessus tout en laissant une ouverture sur le fond bleu. 

undefined
undefined 
Lancette A, le personnage que les attributs, couronnes d’épines, tenailles, clous, font découvrir, est Nicodème. Il marche vers la Vierge de B, ses attributs dans les mains, le pied gauche, botté de rouge comme l’autre, traîne sur le haut du socle, tandis que le droit est sorti du cadre et marche dans le vide. Il est coiffé d’un turban aux étoffes de bandes de couleurs, le visage est de trois quart avec nez droit petit yeux, front  en grande partie caché sous le turban, petits yeux vif, moustache tombant en obliques de chaque côté de la bouche, barbe ronde bien taillée. Il est habillé en haut d’une veste ou manteau court jaune, avec pièce frontale blanche, et amples manches et col d’hermine. Dessous une robe verte. Les griffons semblent courir, affolés, les cheveux aux vents, les mains prêtes à saisir. Ils portent une ceinture où est glissé divers objets ; au nombre de 3. Montrent t-ils le texte ? Et le proclament-t-ils ?



dj.jpg 

Lancette B, Marie, debout foulard blanc sur la tête et tombant sur la nuque présente l’enfant Jésus, dont le pied gauche repose dans la main gauche de la Vierge, à Nicodème, Elle porte une robe jaune et un  manteau bleu accroché sur l’épaule droite et tombant en larges plis arrondis du côté droit, découvrant le bas gauche de la robe. A l’encontre de Nicodème elle ne dépasse pas le socle ou si peu d’un morceau de son manteau .

avant restauration

undefined

Le réseau offre trois armoiries. A gauche, armoiries d’Yves Le Boutteville, abbé de Langonnet, et à droite armoirie parti de Boutteville et de Kerimerc’h non attribué par précision, toutes deux disposées dans des couronnes de feuillages qui ne correspond pas tout à fait à la taille de l’ajour (déplacées ?). Ajour supérieur : armoiries de la ville de Gourin (modernes) avec réemploi d’un élément d’une couronne de feuillage du XVIème s.

Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
7 décembre 2007 5 07 /12 /décembre /2007 15:19

rumengol.jpg 



Fenêtre 3, vitrail de Hirsch, 1871, Vie du Christ. Baie de 3 lancettes trilobées de 4 panneaux, présentant dans une niche, 12 petites scènes de la vie du Christ et des mystères du Rosaire : Annonciation - Visitation - Nativité - Présentation du temple - Jésus parmi les docteurs - le jardin des Oliviers - la Flagellation - le Couronnement d'épines - il rencontre sa mère - la crucifixion - la Résurrection - l'Ascension.

VITRAUX AVANT RESTAURATION

RUM-3-SEPT-07.JPG RUM-54-SEPT-07.JPG
décollement de la grisaille
IMG-0020-1-copie-1.JPG IMG-0018-1-copie-1.JPG
repiques de pièces au ciment

RETOUCHE A FROID

IMG-0001-3.JPG




application d'un vernis mastic de chez Maimeri, gamme Restauro, réversible au white spirit






IMG-0041-copie-1.JPG IMG-0049.JPG

IMG-0053.JPG





















IMG-0040.JPG IMG-0047.JPG

IMG-0042-copie-1.JPG IMG-0055.JPG

undefined 

 IMG_0004.JPG

Verrière de doublage ( Hervé DEBITUS TOURS)

Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
6 novembre 2007 2 06 /11 /novembre /2007 13:09
IMG-0001-copie-2.JPG    IMG-0004-copie-5.JPG

Restauration des dalles de verre de Labouret , Baie 0, plein cintre 1956, Crucifixion ; Baie 2, 1956, montage losange et symboles eucharistiques.

LABOURET, Adolphe, Joseph,Auguste, 1871-1964, .Né à Laon dans l’Aisne, en 1871, mort à Crozon, 29, le 13 février 1964.  
Les premières dalles de verre dites à l'époque "mosaïque de verres, à éléments épais, que l'on enchâsse dans un réseau de béton" sont montrées pour la première fois au public dans le Pavillon des Vitraux de l'Exposition Internationale de Paris en 1937 ; le verrier Decorchement y présente sa première réalisation de "vitraux en relief" dont la matière première est de la pâte de verre sculptée.
Ce procédé de vitraux en dalles de verre est perfectionné par le peintre verrier LABOURET, qui dépose en 1938, le brevet n° 1758939 "motif de décoration en verre". Il aurait inventé le vitrail en  dalle de verre éclaté et cloisonné au ciment.
IMG-0028-copie-1.JPG IMG-0029.JPG

Réalisation d'un calque, à l'échelle 1, avant le démontage des dalles de verres.

IMG-0030-copie-2.JPG Des dalles de verre s'éffritent. 

Les dalles de verre sont fabriquées par coulage de verre dans un moule. Elles sont ensuite placées dans des arches de recuisson environ 24 heures. Les bulles et irrégularité de la pâte font la richesse de la dalles de verre. Epaisseur moyenne 20 à 25 mm.





Démontage des dalles

IMG-0019-1.JPG IMG-0020-1.JPG

IMG-0018-1.JPG


Coupe des dalles de verres à remplacer

IMG-0031-copie-1.JPG IMG-0012-copie-1.JPG

IMG-0027-copie-1.JPG IMG-0028-copie-2.JPG
La coupe de la dalle de verre, dans ses débuts, ne pouvait pas se faire sans écaillage. (ici, sur la photo, on éclate la dalle) Labouret a semble t-il profité de ses éclats pour les augmenter et donner au verre une inégalité de surface avec laquelle la lumière vient jouer.

Mise en place des dalles avant le coulage du béton

IMG-0030-copie-4.JPG   IMG-0001-1.JPG

Coulage du béton

IMG-0008-1.JPG  IMG-0005-1.JPG
 

 

IMG-0003-2.JPG IMG-0004-2.JPG

Nettoyage des dalles
Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
8 octobre 2007 1 08 /10 /octobre /2007 14:56
Num--riser0003.jpg cd-2-2006--072.jpg Num--riser0004.jpg
Baies 7 - 7bis - 9

VITRAUX AVANT RESTAURATION

cd-2-2006--074.jpg IMG-0010-copie-2.JPG

IMG-0012.JPG IMG-0014-copie-2.JPG
  IMG-0003-copie-4.JPG

Lavage des panneaux
IMG-0009-2-copie-1.JPG












En cours de restauration

IMG-0005-copie-3.JPG IMG-0004-copie-2.JPG

 


IMG-0005-copie-5.JPG
     IMG-0003-copie-5.JPG

             masticage
Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
17 septembre 2007 1 17 /09 /septembre /2007 14:34
                




















FENETRE 6                                          

  Fenêtre 6, vitrail de Florence Heinrich, 1885 ; dans le réseau blasons du XVIème. Le père Maunoir. Baie de 4 lancettes de 4 panneaux. Dans le première lancette, un  premier personnage vêtu d'une bure noire sur robe blanche, les cheveux sont coupés en couronne, comme le sont les moines, et porte un évangile : EVANGELIUM. Le second sur un piédestal portant son nom, est le père Maunoir. Les deux lancettes du milieu sont composées de 2 scènes. Celle du bas, nous montre le père Maunoir, dans un cimetière, à genoux et priant le regard touné vers le ciel. Un calvaire composé d'une simple croix se détache sur une baie, par terre, un vase et un goupillon, un petit bouquet de fleurs. Sur le socle de cette scène on peut lire : COMMENT LA SAINTE VIERGE APPARUT AU VENERABLE MICHEL LE NOBLETZ LUI PRESENTANT LES TROIS COURONNES DE LA DOCTRINE DES CHASTETE. Cette scène inférieure est à comparer avec le vitrail de Ploaré en Douarnenez. L'autre scène présente, assise dans une nuée la Vierge Marie couronné et l'enfant Jésus debout. Sur leur droite, un ange robe bleue et manteau rouge approtent trois couronnes, une dans chaque main et la troisième passée autour du bras à la hauteur du coude. Dans le bas de la nuée, volent cinq petits anges sans corps.


Vitraux en cours de restauration à l'atelier.

Vitraux avant restauration
 

RUM-46-SEPT-07.JPGRUM-47-SEPT-07.JPG

ciment, mousse, lichen

Baie 3 en cours de restauration :

IMG-0009-copie-3.JPG IMG-0013-copie-3.JPG






IMG-0036.JPG IMG-0037.JPG
Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article
31 août 2007 5 31 /08 /août /2007 10:48


IMG-0016-copie-1.JPG  IMG-0017-copie-3.JPG

 BAIE 0 - vers 1510-1520             BAIE 2 - vers 1530

Baie 0, début du XVIème siècle, remis en plomb en 1928 par DESJARDIN d'Angers. Lors des travaux la chute d'un meneau entraîna la chute du haut du remplage. Inventaire Gourin p108
Baie 2, début du XVIème siècle, remis en plomb en 1928.

vitraux avant restauration

IMG-0051.JPG  IMG-0020.JPG

IMG-0016-copie-2.JPG IMG-0020-copie-1.JPG


panneaux de vitraux en cours de restauration

nettoyage - déssertissage - nettoyage des rives - collages - fourniture de greffes en verre antique

 IMG-0007-copie-2.JPG 
 IMG-0014-copie-1.JPG IMG-0008-copie-1.JPG

IMG-0013-copie-2.JPG 6-DU-05-09-07.JPG

Copie-de-gourin-21-SEPT-1-copie-1.JPG  hachure rouge : pièces neuves

  
 

 











4-DU-05-09-07.JPGCopie-de-3-DU-03-08-07.JPG

PRISE DE GABARITS le 08/10/07 après l'intervention du maçon (Entreprise QUELIN)

IMG-0001-copie-1.JPG IMG-0003-copie-3.JPG

IMG-0004-copie-3.JPG IMG-0002-copie-4.JPG

IMG-0005-copie-4.JPG IMG-0006-copie-2.JPG


Remise en plomb
IMG-0006-copie-3.JPG IMG-0007-copie-3.JPG

Panneau avant et après restauration

IMG-0016-details-2.jpg       
IMG-0009-copie-4.JPG

GOUIRNI02.JPG      gour-IMG-0012.JPG

IMG-0017-b.jpg  gour-IMG-0006.JPG

Retouche à froid 
application d'un vernis mastic de chez Maimeri, gamme Restauro, réversible au white spirit

IMG-0021.JPG  IMG-0023-copie-1.JPG

IMG-0003-copie-6.JPG  IMG-0005-copie-6.JPG

IMG-0006-copie-4.JPG  IMG-0007-copie-4.JPG

IMG-0002-copie-7.JPG

















Panneaux terminés en atelier, 

Hervé Debitus (voir le site dans les liens)
 fabrique une verrerrière de doublage thermoformée et feuilletée, pour protéger les vitraux.

IMG-0028.JPG IMG-0042.JPG
IMG-5664-copie-1.JPG IMG-5668-copie-1.JPG

application de pigment à froid et lavage

IMG-5671-copie-1.JPG
IMG-5684-copie-1.JPG
empreinte du vitrail dans un lit de plâtre 
IMG-5698.JPG coulage de la résine

IMG-5706-copie-1.JPG IMG-5714-copie-1.JPG

 
IMG-0015.JPG
 Fourniture de verre de 6mm et 3mm, traitement de surface patine et thermoformage d'après la face externe du vitrail.
Feuilletage du 6mm avec le 3mm procédé UNILAM
Sertissage d'un plomb périphérique












Verrière de doublage 
IMG-0032.JPG  VERRRIERE-DOUBLAGE-3.JPG









verriere-doublage-1.JPG
Repost 0
Published by LE BIHAN VITRAUX - dans vitraux
commenter cet article

 le bihan titre photos

 

       CREATIONS ET RESTAURATIONS 

                  VITRAUX

          REOUVERTURE EN OCTOBRE 2010

               3 rue Michel Marion

                29000 Quimper

                02 98 55 74 78

                  antoinelebihan29@laposte.net

Fondée en 1791 - pour les particuliers et les

édifices religieux - nombreuses références

 

Recherche

HISTORIQUES

  16-rue-traverse.gif 

 

 En 1791, Pierre Saluden travail le vitrail avec son frère à Saint Pol de Léon(29). En 1808, il crée son atelier à Landerneau(29), pour ne pas faire concurence à son frère. Lui succède son fils François SALUDEN puis on petit fils Pierre SALUDEN. 

En 1908, Auguste (fils de Pierre Saluden) et Anna SALUDEN créent un atelier à Brest.  Suite à la destruction de Brest, installation de l'atelier à Quimper, repris par Yves LE BIHAN (gendre d'Anna) : VITRAUX LE BIHAN SALUDEN

En 1963, reprise de l'atelier par Jean Pierre LE BIHAN -1985, embauche Antoine Le Bihan (fils) - 1993, création de la SARL JP LE BIHAN VITRAUX  - 2000, départ en retraite de Jean Pierre - 11 septembre 2009 - fermeture de la SARL

octobre 2010 - réouverture de l'atelier le bihan vitraux par Antoine Le Bihan.

 

A ce jour, l'atelier a réalisé de nombreuses restaurations dont les cathédrales de Quimper (29), de Saint Pol de Léon (29), de Nantes (44), de Vannes (56), de Rennes (35), Laval (53).

L'atelier a réalisé des créations avec des artistes tels que Alain BERRAULT, René QUERE, François DILASSER, Mme COATALEM, Hung RANNOU, Nicolas FEDERENKO, Renaud GAUTIER, Yves PICQUET....

Nombre de ses réalisations se firent dans les monuments classés avec des architectes du service départemental des Monuments Historiques (J.F LAGNEAU, M.S. DE PONTHAUD, CHOUINARD, LEFEVRE, LISCH, B. MOUTON, PERROT, RONSERAY...)